www.musset-immortel.com

Impromptu à Aimée d’Alton

Composé en 1837 ou 1838, ce poème est resté privé ou seulement publié dans une revue. Il figure aujourd'hui parmi les poésies posthumes.

C'est le ton d'une conversation, ou plus encore celui d'un billet doux que l'on perçoit ici. L'invitation du poète, à peine déguisée, fait encore sourire...

I

Déesse aux yeux d'azur, aux épaules d'albâtre,
Belle muse païenne au sourire adoré,
Viens, laisse-moi presser de ma lèvre idolâtre
Ton front qui resplendit sous un pampre doré.
Vois-tu ce vert sentier qui mène à la colline ?
Là, je t'embrasserai sous le clair firmament,
Et de la tiède nuit la lueur argentine
Sur tes contours divins flottera mollement.

II

Si la flèche envenimée
Ne peut sortir de mon flanc,
La main de ma bien-aimée
Peut en essuyer le sang.

III

Vous demandiez un impromptu.
Je l'ai tenté, mais n'y réussis guère.
Soyez sûre que pour vous complaire
Je l'aurais fait si j'avais pu.
A votre tour, essayez ma maîtresse,
Et faîtes-moi jusqu'au tombeau
d'une douce et vieille tendresse
Un impromptu toujours nouveau.

IV

Ayant passé la nuit à rimailler,
Malade encore de la Métromanie,
Je voudrais bien, sur le cœur de ma mie,
Tranquille et sage aujourd'hui sommeiller.
Sage, ai-je dit ? est-ce une calomnie ?
Venez, ma belle, et je vous en défie ;
Entrez chez moi sans m'éveiller.
______________________________________


Le petit Moinillon


[Datant probablement de 1937

[Voir la page consacrée à Aimée d’Alton]


Charmant petit moinillon blanc,
Je suis un pauvre mendiant.
Charmant petit moinillon rose,
Je vous demande peu de chose.
Accordez-le moi poliment,
Charmant petit moinillon blanc.


Charmant petit moinillon rose,
En vous tout mon espoir repose.
Charmant petit moinillon blanc,
Parfois l'espoir est décevant.
Je voudrais parler mais je n'ose,
Charmant petit moinillon rose.


Charmant petit moinillon blanc,
Je voudrais parler franchement.
Charmant petit moinillon rose,
J'ai peur que le monde n'en glose.
Il me faut donc être prudent,
Charmant petit moinillon blanc.


Charmant petit moinillon rose,
Je ne sais quel démon s'oppose,
Charmant petit moinillon blanc,
A ce qu'on dorme en vous quittant.
N'en pourriez-vous dire la cause,
Charmant petit moinillon rose ?


Charmant petit moinillon blanc,
Il faut que votre œil en passant,
Ait fait une métamorphose,
Charmant petit moinillon rose,
Car je ronfle ordinairement,
Charmant petit moinillon blanc.



Charmant petit moinillon rose,
L'homme propose et Dieu dispose,
Charmant petit moinillon blanc,
Jamais un proverbe ne ment ;
Permettez donc que je propose,
Charmant petit moinillon rose.


Charmant petit moinillon blanc,
Quand l'un donne et que l'autre rend,
Charmant petit moinillon rose,
Personne à perdre ne s'expose :
Et c'est le cas précisément,
Charmant petit moinillon blanc.


Charmant petit moinillon rose,
Si vous me donniez, je suppose,
Charmant petit moinillon blanc,
Votre étui noir brodé d'argent,
Je vous rendrais bien quelque chose,
Charmant petit moinillon rose.


Charmant petit moinillon blanc,
Je vous rendrais, argent comptant,
Charmant petit moinillon rose,
Ce que mes vers, ce que ma prose,
Pourraient trouver de plus galant,
Charmant petit moinillon blanc.


Charmant petit moinillon rose,
Jamais la fleur à peine éclose,
Charmant petit moinillon blanc,
N'aurait eu pareil compliment.
Je ferais votre apothéose,
Charmant petit moinillon rose.


Méchant petit moinillon blanc,
Vous direz "non" certainement.
Méchant petit moinillon rose,
Vous trouverez qu'à cette clause,
Vous perdez infailliblement.
Méchant petit moinillon blanc !


Hélas ! petit moinillon rose,
Mon cœur est pour vous lettre close,
Hélas ! petit moinillon blanc,
Il pourrait vous dire pourtant...
Mais, sur ce, je fais une pause,
Hélas ! petit moinillon rose.

________________________


Retour à la liste des œuvres

____________________


eXTReMe Tracker


Accueil