L'Album de Musset :

adresses et lieux divers - de plaisir, de partage, d'amitié, de repos également...

Rue de la Grange-Batelière • Hôtel Nolivos • Bury • La Madeleine • Samois • Café de la Régence • Manoir de Bonaventure • Rue du Mont-Thabor • Eglise Saint-Roch…







« Elle est bâtie sur la lisière de Fontainebleau,

du côté de Samois,

au penchant d'un coteau qui regarde la Seine,

presque en face de la petite Chartreuse de Valvins

où mourut Stéphane Mallarmé.


[...] la Madeleine n'avait certainement pas l'aspect bourgeois et lourd qu'elle présente aujourd'hui. Les deux ailes dont elle est flanquée, au lieu d'être plus élevées que la partie centrale du bâtiment, étaient plus basses qu'elle. C'était un pavillon assez exigu, de style dix-huitième siècle, composé d'un rez-de-chaussée et d'un étage mansardé, dont la porte, du côté de la forêt, s'ouvrait au ras du sol, et dont les fenêtres, du côté de la Seine, donnaient sur un jardin à la française, encadré de charmilles. Les communs et les écuries étaient dissimulés derrière un rideau d'arbres. Le principal, d'aucuns diraient l'unique agrément de cette maisonnette, était le voisinage de la forêt et le coup d'oeil admirable dont on jouit sur la Seine. Elle arrive, à la hauteur de Samoreau, dans un tournant d'une courbe molle, s'attarde à caresser ses berges plates ou bien encore à respirer la fraîcheur que les grands bois répandent sur elle, et puis elle passe, avec un léger froufrou de robe traînante, entre la Madeleine et les hameaux épars de Vulaines et de Valvins, pour se perdre au-dessous de Samois, dans un bruit lointain de guiguettes ou de coups de filets plombés tombant sur l'eau. C'est évidement ce ravissant spectacle qui avait enchaîné Tattet à cette rive, car il aimait trop les arts pour ne pas aimer la nature.


[...] Mais il n'était pas homme à se contenter de la vue des choses, il voulait en jouir de toutes les façons, aussi son premier soin fut-il d'embellir l'intérieur de la Madeleine. Les murs étaient à peu près nus, quand il en devint propriétaire ; il appela un peintre décorateur qu'il chargea de peindre sur les panneaux blanc et or de son petit salon, dans un encadrement de style Empire, les figures des neuf Muses, afin que, lorsqu'il leur plairait de venir le voir, Arvers, Guttinguer et Musset se crussent chez eux au milieu d'elles »


Léon Séché, La Jeunesse dorée.


Acquise le 13 juin 1851, Tattet y passa les dernières années de sa vie. Il est enterré non loin de là, à Samois.

Le Château de la Madeleine est aujourd'hui encore une propriété privée. Nous ne pouvons donc pas présenter de photos de son état actuel.


______________________ Retour au sommaire______________________

www.musset-immortel.com