Dans les poches de Musset…

Sonnantes et trébuchantes…

Menue monnaie que Musset a pu avoir dans la main et dans les poches…

La simple observation de ces pièces montre à quel point le XIX ème siècle a pu être changeant et politiquement bouleversé. Musset, né en 1810, a connu le Premier Empire, la Restauration des Bourbons, la deuxième République et le  Second Empire…

____________________________________________

Objets divers et variés 1/2

« Encrier à deux godets, orné de feuilles et reposant sur un plateau oblong au milieu duquel est un anneau (environ 90 x 250 x 120). Il est signé “Tahan à Paris”.

Ce très bel objet figurait à un catalogue d'Emmanuel Fabius (avec photographie). Il était alors accompagné de documents attestant son authenticité, documents aujourd'hui absents.

Alphonse Tahan était le fournisseur de la Cour impériale ».

Provenance : Vente Beaussant-Lefèvre, Paris, Drouot, 8 novembre 2005, lot n°89, dont cette notice est extraite.

Un immense merci et chaleureux à M. Johann NALDI

de nous permettre la diffusion de la photo de ce très littéraire encrier...

_____________________________________________________________


- HOMMAGE A Alfred DE MUSSET -


Bronze, sans date.

Gravure P. LENOIR - E. BOURGEY Edit.


Recto :

Le saule, la lyre, roses éparses, choix de titres.



Verso :

Le poète, à sa table de travail. De nuit, la lune complice.

La Muse dans son dos, celle-là même qui lui demandait un baiser dans La Nuit de mai :

Poète, prends ton luth et me donne un baiser...

C'est elle qui, cette fois, le lui offre :

O poète ! Un baiser, c'est moi

qui te le donne.


______________________________________________________________________________________

- Autre HOMMAGE A Alfred DE MUSSET -


Bronze - 1975

Recto : Portrait et dates du poète


Verso : illustration à La Nuit de décembre...

Sur le pourtour, l'extrait suivant :

Partout où j'ai voulu dormir, Partout où j'ai voulu mourir,

Un étranger vêtu de noir, Qui me ressemblait comme un frère...



_________________________________________________________________________________________



« Feuilles de saule pris [sic] sur la tombe d'Alfred de Musset, novembre 1873 »




















Souvenir d'une escapade parisienne, relique chérie...

Marque-page "maison", présent d'amoureux ?

Admirable conservation des feuilles du fameux saule...

La carte est datée de novembre 1873.


Si l'orthographe est approximative, les vers de Musset le sont aussi !

A moins qu'ils ne correspondent à une toute première version...

Ou à la mémoire fantaisiste du preneur de notes qui, pourtant, s'applique de sa plus belle écriture...


Texte connu de nos jours :

Mes chers amis, quand je mourrai,

Plantez un saule au cimetière.

J'aime son feuillage éploré ;

La pâleur m'en est douce et chère,

Et son ombre sera légère

A la terre où je dormirai


Ces vers datent de 1835 et apparaissent dans Le Saule, et dans Lucie, Elégie.























* iMMense Merci à M. M.B. de M.-s-l-M. *


____________________________________________________________________________________




"Il avait soif d'élégance et de distinction dont il possédait le sens inné"...

A. de Janzé, Etude et Récits sur Alfred de Musset, Paris, Librairie Plon, 1891.




















                                                                                                          Dans l'armoire de Musset...


A l'époque où Mme Louise Colet le connut, elle le montre un soir avec un habit vert bronze à boutons de métal, un gilet de soie brune sur lequel flottait une chaîne d'or,des boutons d'onyx et des gants blancs ; c'était la tenue d'un élégant de 1835".

A. de Janzé, Etude et Récits sur Alfred de Musset, Paris, Librairie Plon, 1891.


Son romantisme extérieur consiste à se vêtir comme un dandy, - redingote pincée à la taille, large chapeau mis de travers - à fumer d'énormes cigares...

E. Henriot, Alfred de Musset, Paris, Librairie Hachette, 1928.


Quand il faisait son entrée au Café de Paris dans la tenue de soirée des dandys : habit vert bronze à boutons de métal, gilet de soie brune sur lequel flottait une chaîne d’or, pantalon nankin, gants blancs et bottes vernies, chapeau sur l’oreille et badine à la main, il faisait sensation, et de tous les coins de la salle, les bras se tendaient vers lui.

L. Séché, Alfred de Musset, L'Homme et l'Oeuvre - Les Camarades, Paris, Société du Mercure de France, 1907.


______________________________________________________________________________________

Bonne et heureuse année... 1901 !



Voici le calendrier Alfred de Musset pour l'année 1901...

Digne ancêtre des calendriers publicitaires que nous connaissons aujourd'hui... !

Elégante brochure, couverture épaisse, découpe fantaisie, tranche or trois faces.

Pages intérieures cartonnées, illustrations couleur et noir&blanc.

Fragments de poésie de Musset.

Edité par la

Pâtisserie Bézine,

1, rue Fourier - Auxerre,

il se déguste mais seulement des yeux !


Pour visualiser les pages intérieures du calendrier, cliquez sur la miniature ci-dessous


Au sommaire :

Dans les poches de Musset : menue monnaie du XIXème siècle • L'encrier d'Alfred de Musset • Médailles de Musset, bronze • Buste de Musset - diapo • Feuilles de saule, 1873 • Dans l'armoire de Musset : effets non de manches mais de style • Calendrier illustré de vers de Musset I...

Page 2 : Calendrier illustré de vers de Musset II • Musset en poupée Peynet • Carte postale et gravure • La Feuille Littéraire, 1920 • Carte, Musset et le Chocolat Poulain • Carte de visite du poète • Armes de la famille DE Musset • Le "broc" de Musset, Lunéville • Le carré Musset ou un drôle de foulard • Fleur et papillon au Père-Lachaise • Musset et le Gabon • Cartes-postales-effigies • Et autres petites choses en vrac…

Buste d’Alfred de Musset

- Marbre noir, patine verte -

Emile-Joseph CARLIER

(Cambrai, 1819 -Paris, 1927)

- Non daté -







Un autre buste de Musset existe. Il s’agit cette fois d’un sujet en bronze à patine dorée, signé Chardigny, daté de 1858.

Monté sur socle de marbre, hauteur hors socle : 13 cm


Dernière trace :

Hôtel des Ventes - Crédit Municipal de Paris,  vente du 26/10/2004

L'élégance, chez Musset, était un art, une religion...

Bien présenter, et si possible "être à la mode" lui importait. Il faut en donner les raisons car Musset n'était pas une victime de la mode à proprement parler... Il était, comme on disait, souvent "gêné". Une condition de poète, une famille quelque peu désargentée, un caractère généreux mais aussi irraisonné... Malgré cela, et tous les récits le confirment : Musset se tenait partout dans des costumes qui frappaient l'oeil, et dans le bon sens...

"Si l'on veut se représenter Musset dans ses jeunes années et dans la vie de tous les jours, il faut regarder un portrait dessiné par Gavarni qui le montre le chapeau sur la tête, l'air un peu hautain, une badine à la main, d'une allure dégagée, sa redingote pincée à la taille, son pardessus rejetté en arrière, les manches garnies de velours, tiré à quatre épingles, comme on disait alors, et comme devait être un jeune homme voué à l'élégance la plus raffinée..."

A. de Janzé, Etude et Récits sur Alfred de Musset, Paris, Librairie Plon, 1891.

Image issue de l'ouvrage Alfred de Musset, Jeanne Delais, Paris-Match, Collection "Les Géants", 1974.

Collection de Grandcourt de Musset.


eXTReMe Tracker


Accueil Accueil